POV

Vendredi, avec Oriane, on a publié un article qui vire au débat croisé sur le site des Archivistes. Au départ, je voulais décortiquer le nouveau délire de Nespresso, un faux livre pour ranger du café, agrémenté d’une vraie nouvelle de Foenkinos. L’idée étant de mon point de vue d’attirer l’attention sur le fait que la littérature ne peut pas à la fois se considérer comme supérieure et sacrée tout en convolant avec des bassesses marketing. C’est, à mon sens, une question de cohérence, ou d’hypocrisie, selon qu’on voie le verre à moitié plein ou vide. Puis Oriane a relu l’article, et s’est proposée de venir jouer l’avocate du diable, de venir expliquer en quoi les livres ne méritent pas de traitement de faveur, et que le grand capital à tout à fait le droit de les assujettir. Monde parallèle où je me retrouve à jouer le gentil flic dans un débat sur la littérature.

Je vois pas mal de gens se mordre les mollets dès qu’il s’agit de débattre de littérature. Le sujet est super sensible pour tous les acteurs impliqués. Après tout, les livres sont singularisés de toutes les autres formes de biens culturels au niveau politique. Le gouvernement a décidé de la loi sur le prix unique du livre, a annoncé vouloir faire repasser la TVA de 7 à 5.5% sur ces mêmes bouquins dans le courant de l’année. Ce sont des messages forts, à la fois admirable du point de vue littéraire, mais aussi puant d’injustice pour les autres secteurs que sont par exemple la musique ou le cinéma. Sauf que les disquaires ne sont plus tellement là pour jalouser les libraires, donc ça ne fait pas vraiment de bruit (OH SNAP !). En fait, dès qu’on parle de bouquins et de monde réel, tout n’est que paradoxes et petits arrangements.

Chaque fois qu’un auteur, éditeur, libraire crache sur le numérique, je ne peux m’empêcher de m’étouffer d’incompréhension. A quel moment sa conviction, sa marge ou sa peur de disparaître prend le pas sur le fait, très simple, qu’un livre lu, quel que soit son support, est lu, et que c’est une excellent nouvelle. C’est aussi comme l’éternel débat entre ceux persuadés que le succès d’un livre se fait grâce aux recommandations des libraires de France et ceux qui ne vont que sur Amazon. Tout le monde s’écharpe et les niveaux de gris disparaissent aussi vite que les compromis. Moi-même me suis égosillé, ai insulté, me suis fait insulter, tout ça parce que les avis sont tranchés. Épuisement, trop souvent pour rien. L’important étant peut-être que cela nous tienne suffisamment à cœur pour qu’on en arrive à s’énerver. Le retour du verre à moitié plein.

Ceci étant dit, n’oublions pas que je ne suis rien, et personne. J’écris des trucs sur le net, je parle dans la vraie vie. Mais je ne suis légitime de que dalle, mon influence est absolument négligeable. Pas tant que je n’aurais pas des billes dans le système, un truc à vendre, un job à défendre. Je reste petit commentateur inoffensif dans mon coin.

Relativisons. Mais continuons à nous enthousiasmer, en attendant.

6 réflexions sur “POV

    • Quand bien même, c’est une chance de n’avoir aucune bille dans le système !

      C’est peut être une connerie, mais le fait même d’avoir une connaissance du marché, sans y être économiquement impliqué, ce n’est pas tout a fait légitime et valable ? Ça s’appelle un observateur exterieur.

      Enfin, j’y connais rien !
      Et pour les bouquins, c’est pas compliqué, je crois au relationnel, ce qui est marrant pour un geek comme moi, j’ai mon bouquiniste, a qui je fais confiance, avec qui je discute, etc… (il était passé dans le monde magazine d’ailleurs, le lol) et ça revient moins cher aussi bien entendu (etudiant/stagiaire/pauvre…)

  1. Non j’ai capté ! Ce billet c’est la suite de "Excuse me, but…". Donc là en fait t’attends juste de choper une place où tu pourrais avoir plus de légitimité, et quand ce sera fait tu cracheras sur tout le monde en disant que t’es le mieux placé pour parler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s