Coming Around

Donc, me revoilà temporairement à Lyon. Depuis mon arrivée j’ai déjà pu reconstater que je vais immédiatement mieux et que les filles sont plus jolies parce que plus souriantes et colorées. En somme la ville fonctionne encore super bien.

Ce qui change un peu cette fois, c’est que je me suis retrouvé en compagnie de potes du lycée que je n’avais pas vus depuis très longtemps, l’un d’entre eux depuis au moins 7 ans. Assez  donc pour qu’on se permette de citer Kaamelott en mode : « Mais vous êtes pas mort espèce de connard ? » avant de boire des trucs. On s’est un peu raconté nos vies, et les errances qui vont avec. Là, par exemple, cet été, c’est un peu la mode de la rupture de la relation longue, la horde de potes qui se retrouvent célibatants. Et qui suent, parce qu’il fait chaud et que les lyonnaises. Côté bonnes nouvelles à peu près tout le monde a un job ou est en passe d’en commencer un, ce qui est une bonne chose vu comment ce n’était pas aussi bien parti il y a encore un ou deux ans.

En fait on s’en sort plutôt bien, c’est ça que je retiens. On a peut-être encore tous un pied dans les galères, certains sont repartis vivre temporairement chez leurs parents, mais ça va se passer. Mon meilleur ami me parle ameublement de son appart’, promotion au boulot. Par contre il commence aussi à dire que les jeunettes de maintenant s’habillent comme des putes et que de notre temps bla bla. Fuck. Espèce de vieux con. Est-ce que ça nous guette pas un peu tous, le spectre de la reproduction sociale ? Début d’angoisse, la tentation du métro boulot dodo. Même si quelque part ça bat le marasme, les errances et autres petits boulot en attendant que. On ne sait plus vraiment si c’est aller de l’avant ou se résigner, si là où on arrive nous convient vraiment ou si on a réussi à s’en persuader.

Je suis rentré à 4h du matin le long des pentes de la croix-rousse, avec des gens que je connaissaient de dix ans, d’autres pas du tout. On a disserté sur la friendzone, le salaire moyen chez McDo et l’impossibilité d’aller à IKEA.

Une fois en haut, de retour sur le plateau, je me suis dit que, peu importe, je crois qu’on s’en sort bien.

10 réflexions sur “Coming Around

  1. Haha ! Je viens de me rendre compte que mon filtre à chromosomes X fonctionne : si tu as besoin d’aller chez IKEA, j’ai la voiture et le permis qui va avec, le tout dans Paris, et je fais du troc contre des bras pour monter mes achats au 4ème étage. Tu peux signer en bas à droite, après les petites lignes…

  2. "que les jeunettes de maintenant s’habillent comme des putes et que de notre temps bla bla."
    c’pas faut mais là ou tu te rend compte qu’il est pas si vieux que ça, c’est que ça le derange, dans qq années il pensera qu’a matter ;)
    t’as le temps avant de te sentir vieux, crois moi ^^

    • Exactement!! Je suis pas vieux d’abord! C’est juste que les jeunes aujourd’hui ont disparu, elles croient s’habiller comme des grandes, mais… enfin bon, échec quoi.
      Rendez nous nos zolis zadolescentes que diable! (qu’on puisse matter dans quelques années, quand on sera vraiment des vieux cons ;) )

      De toute manière, se faire traiter de vieux con de la part de quelqu’un qui commence à apprécier la PS3… Pfff!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s