Book Review 233

Amazon US fait quelque chose de très bien, ils éditorialisent leurs magasin. C’est-à-dire, par exemple, que pour la section livres ils vont chaque mois procéder à une sélection du libraire. Ils mettent en avant dix livres par genre (roman, politique, cuisine etc…) et se fendent d’un court paragraphe expliquant pourquoi. Ce qui est l’équivalent des coups de cœur du libraire de la vraie vie. C’est chouette parce que cela répond à la critique majeure des libraires face au géant du web « vous ne faites pas de sélection et de mise en avant de ce qui vous plait ». Sauf que si. Mais aux US seulement. Le dommage est total.

[Je pleure encore sur mon mail de refus de candidature au poste de Chef de produit livres d’Amazon France. Pour de vrai.]

Tout ça pour en venir à Dare Me, le nouveau roman de l’auteur de thrillers/polars Megan Abbot. J’avais hésité à lire son précédent livre, The End Of Everything. Mais là, entre la couverture, le pitch et son inclusion dans le top 10 du mois d’Amazon, j’ai craqué. Sur recommandation du libraire quoi (même si le libraire est la matrice).

Dare Me se déroule dans l’univers des pom-pom girls, dans un lycée où l’équipe locale n’a jamais vraiment brillé par son talent et son enthousiasme. Jusqu’à l’arrivée d’une nouvelle coach de moins de trente ans, bien décidé à transformer les filles en de véritables acrobates afin de participer aux compétitions régionales. Tout ceci n’est pas au goût de Beth, queen bitch de son état et à présent reléguée au second plan, derrière le charisme du coach. Addy, meilleure amie de Beth et personnage principal est d’ailleurs complètement subjuguée. Très vite elle et coach se lient d’amitié, au point que l’adulte commence à confesser de lourds secrets à l’adolescente. Pendant ce temps, Beth cherche un moyen de renverser cette nouvelle dynamique, quitte à employer les pires méthodes. Et c’est à peu près à ce moment-là que l’amant de coach est retrouvé mort chez lui, une balle lui étant passé à travers le crâne.

La bonne nouvelle de Dare Me, c’est qu’aucun cadavre ne point le bout de son orteil avant la moitié du livre. Ce qui fait que le roman n’est pas réellement un polar, quand bien même le « qu’est-ce qui s’est passé » fait partie de la seconde moitié de l’intrigue. Le livre s’intéresse surtout aux rapports d’amitié, de jalousie et de rancœur entre adolescentes, mais de manière plus acide et sans autocensure que dans la plupart des soaps TV. L’univers des cheerleaders est également très présent et, d’autant que je sache, assez bien rendu. Tout comme le point du vue, celui d’Abby, est écrit à la manière des pensées d’une ado, virevoltant d’un sujet à l’autre, sautant jusqu’au prochain paragraphe. Le texte en est dynamisé, au point qu’on peine à arrêter la lecture, car les phrases s’enchaînent rapidement, quand bien même l’intrigue elle est plutôt lente.

Comme court roman à lire en vacances, Dare Me fait bien le boulot. C’était prenant, pas idiot, assez caustique sur les relations entre filles et écrit avec ingénuité. Point bonus pour l’élucidation du décès, aussi logique que bien pensé.
Bonne recommandation en somme.

BUY STAGE !!!

La version UK coûte moins cher que la US, en dessous de 17 euros.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s