Matt’s Apartment

La colonie de punaises était enfin arrivée au terme de son voyage. L’appartement de Matthias, la terre promise. Les légendes moustiques parlaient de ce garçon qui ne marquait pas les piqûres  qui ne faisait pas la chasse aux vampires tant qu’il ne les voyait pas, qu’il ne les entendait pas. Les volants avaient dit vrai : ce garçon était merveilleux. Plusieurs semaines que les punaises s’étaient installées, attendant leur heure quand le petit d’homme s’endormait. Elles se gavaient sans que la peau de Matthias ne le gratte le lendemain matin ni d’affiche de petits points rouges. Ni vu ni connu, le crime parfait. Alors pour préserver leur paradis, les punaises consentirent à quelques efforts. Elles ne profitaient pas du passage d’une fille ou d’un ami pour aller coloniser ailleurs, elles restaient dans leur coin. Pour une fois que personne ne venait les ennuyer, cela en valait la peine.

Mais un jour le garçon les vit. Deux aventurières prises au piège d’un drap-housse à la faveur d’un nettoyage d’été.

Lui qui avait jusqu’ici été si arrangeant fut pris d’une colère noire. Les punaises étaient là, il fallait les déloger ! La colonie vit le garçon ourdir de sombres plans, se renseigner sur les insecticides les plus puissant sur internet. Après mûre réflexion, Chef puce envoya un émissaire sur son bureau, pour lui parler. Il devait y avoir un moyen de s’expliquer, de se faire comprendre. La paix entre hommes et parasites étaient possible, cela pouvait être le début d’une nouvelle ère de coopération. Seulement Matthias écrasa d’un pouce vengeur le messager avant que celui-ci ne puisse prononcer le moindre mot. Loin d’arranger la situation, la tentative de contact avait mis le garçon dans une rage folle ! Il était à présent d’autant plus déterminé à commettre un génocide.

Matthias disparu pendant plusieurs jours. Quelques courageux décidèrent de quitter la colonie, sentant le vent tourner. Ils s’en allèrent dans les rues de Paris sans se retourner. Les autres avaient le ventre trop vide pour bouger, depuis le temps que le garçon ne venait plus dormir chez lui. De temps à autre il passait prendre une affaire, ou jouer à la console, rien de plus.

Lundi fut une journée pluvieuse. Matthias revint dans l’appartement. Sans un mot il passa l’aspirateur, vida les placards, rangeât ses affaires sous vide. Il éclaboussa lit, plinthes, meubles d’un nauséabond liquide. Ceux de la colonie qui s’y trouvaient furent vitrifiés sur place, leurs carapaces fondant jusque dans leurs entrailles. Les survivantes se regroupèrent dans les quelques zones encore épargnées par l’attaque chimique. Elles se tinrent la main, fermèrent les yeux et prièrent pour leur dieu. Pendant ce temps, Matthias décapsula une canette de fumigène et quitta la pièce. Alors que le sifflement mortel emplissait le petit studio, Chef puce repensa à la légende moustique, aux espoirs de son espèce. Non seulement cette terre n’était pas promise, mais tout ceci ne prouvait qu’une chose, humains et puces resteraient ennemis pour toujours.

L’histoire de Matthias l’Insectocide se répendra parmi les nuisibles de la capitale, afin que le sacrifice de cette grande famille ne soit pas vain. Cette pensée réconforta le chef puce alors qu’il commença à toussoter, avant de cracher le peu de sang qu’il lui restait et de s’écrouler, mort.

12 réflexions sur “Matt’s Apartment

  1. Mais sa mort lui fut plus douce qu’il ne l’avait craint…
    Lorsque son âme s’extirpa de son corps rigidifié par le poison, il put en effet s’apercevoir que parmi les milliers d’oeufs que ses femmes s’étaient évertuées à lui pondre, un pourcentage non négligeable avait réussi à échapper aux vapeurs mortelles. Bien à l’abri dans leur forteresse de soie et de poussière les nymphes pourraient ainsi attendre patiemment de longs mois avant que ne sonne l’heure de la vengeance.
    Alors qu’il rejoignait les poils soyeux du paradis dédié à son espèce il sourit en émettant en cliquetis sarcastique de ses larges mandibules : Cette terre ne lui était sûrement pas promise, mais la génération qui s’annonçait, saurait elle, faire de cette légende une réalité.

    ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s