Drunk Talk

J’avais changé de continent pour aller à un anniversaire. En tout cas c’était l’excuse, la rationalisation du billet. D’où le fait que je me sois retrouvé coincé à 1h du matin dans un bar où tout le monde était dans la zone « bourré mais pas fatigué ». Les deux heures où, avec mes cocas, je peine. Sachant qu’après les gens sont bourrés mais fatigués, et donc beaucoup plus gérables. Dans un premier temps je suis parti faire un tour avec un ami, à la recherche d’un taxi qu’on ne trouva jamais. Une heure de bouffée, retour au bar. Tout le monde criait et dansait, certains commençant à rentrer chez eux. D’autres ne voulaient pas lâcher la soirée, mais était déjà trop épuisés pour continuer à sautiller.

J’ai rejoint l’un d’eux à une table au fond de la salle. Le type adorable, rencontré la veille lors d’un diner. Il était tellement ivre que j’en ai profité pour lui raconter ma vie.

Parce qu’on raconte beaucoup plus facilement des choses à un inconnu. C’est tellement plus simple, face à une personne qui n’a pas encore trop d’idées préconçues sur vous, avec qui l’on n’a pas un passé qui agirait comme un filtre lors de la conversation. Ça permet de déballer, un peu comme un psy à usage unique. Point bonus si vous ne reverrez jamais la personne qui n’ira donc rien répéter. Ou/et si elle est ivre (c’est cumulable oui), puisqu’elle risque de ne se rappeler de rien.

Autant dire que j’avais le parfait spécimen en face de moi ce soir-là. J’en ai profité pour raconter une tonne de trucs, dont un tas de détails que je ne dévoile d’ordinaire que très peu, au bout d’un long moment d’amitié, lorsque j’ai (enfin) confiance. J’ai pu débiter tout ce que je voulais à une oreille attentive, concernée. Bien sûr il me déballait aussi sa vie, ses névroses. On a échangé pendant presque une heure. Et ça m’a fait un bien fou. Jusqu’à ce que lui et moi on reprenne assez de force pour reprendre le cours normal de la soirée. On s’est remis à danser. Lui a roulé des pelles à d’autres garçons. De mon côté je me suis fait grattouiller les cheveux par une fille qui aime les filles. La nuit a suivi son cours, jusqu’à sa conclusion logique : le retour en voiture juste avant l’aube et le refus total de se lever le lendemain matin.

Depuis mon retour j’ai envoyé quelques mails à mes compagnons de voyage. Dans la foulée j’ai pu confirmer que mon confident de milieu de nuit ne se rappelait absolument pas les détails de notre conversation. Tout ce dont il est à peu près sûr, c’est d’avoir été super content d’avoir pu parler.

Comme ça nous sommes deux.

4 réflexions au sujet de « Drunk Talk »

  1. j’aime lire ce genre d’article quand j’ai moi même la tête dans le seau et que la tranquille interaction de base, sans affect est le maximum que je puisse fournir.

  2. ESKELLENT cet article. Ca m’est tellement arrivé ce genre de situations. A la place du confident et du mec qui a pleins de choses à raconter. Le truc c’est que bourré ou pas, je me souviens toujours de tout, et en général j’aimerais bien revoir ces gens là.
    Bref, SO TRUE cet article.

    • Je suis pareil et j’aimerais bien pouvoir oublier des fois ce que j’ai raconté/entendu.
      Parce que même complètement pété, je vais m’en souvenir le lendemain

  3. Dans une autre vie je me promenais beaucoup en stop. Et ce que tu racontes là, je l’ai vécu de nombreuses fois avec des personnes qui avaient la gentillesse de m’embarquer pour un bout de route. Un(e) parfait(e) inconnu(e) avec qui le déballage réciproque est tellement naturel qu’on ne s’en prive pas. Et à la fin du chemin, une sensation de bien-être incomparable. L’impression d’être tout propre du dedans. Mais c’était avant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s