Jojo No Kimyô Na Bôken

Jusqu’il y a quelque semaines, je n’étais qu’à peu près au courant de l’existence du manga Jojo’s Bizarre Adventure. Je savais qu’il s’agissait d’une très longue série à succès, aux dessins un peu homoérotique. Jamais vraiment traduit dans l’ordre en France, Jojo concerne une niche de fan de mangas, un peu plus curieux que la moyenne.

Jojo2

Quand soudain, le vingt-cinquième anniversaire de la série. Un jeu vidéo incroyable est en préparation sur Playstation 3 et l’auteur Hirohiko Araki a enfin accepté que son manga soit adapté en série animée (après une courte première tentative et un film). C’est par le biais de ce nouvel anime que je suis rentré dans Jojo. Le dessin animé est assez particulier dans la mesure où il doit déblayer plus de deux décennies d’histoires. Alors il fait ce que quasiment aucun autre anime se permet : il adapte presque un tome par épisode. Là où Naruto, Bleach et One Piece pédalent dans la semoule, Jojo’s Bizarre Adventure fonce à toute vitesse. Impossible de s’ennuyer tout va ultra vite. Les 5 premiers tomes sont par exemple expédiés en 9 épisodes. Bonheur.

Jojo

Je me suis donc retrouvé à regarder l’anime tout en lisant les mangas à côté au fur et à mesure. On y suit les aventures de la famille Joestar dans son combat à travers les générations contre des masques maléfiques engendrant des vampires maléfiques. La putain de révélation. Jojo est génial, autant pour ses qualités que ses défauts. Les personnages commentent l’action jusqu’à la nausée, tout le monde prend des poses ultra gay à la première occasion tout en vantant des qualités machos (on n’est pas à une contradiction près), les combats sont ultra prenant, toujours renouvelés. Alors que j’ai rattrapé la diffusion japonaise (épisode 22, fin du second arc) et que d’ici quelques mois je serai à fond dans ce qui est considéré la meilleure histoire de la série, je dois admettre que je suis devenu fan. Je comprends la hype, je me suis fait une place dans la niche.

Jojogif

Et comme pour tous les trucs que je « découvre », je réalise que la moitié de mes potes sont déjà au courant, suive le manga depuis des années. Quand ils parlent de ce que je n’ai pas encore lu/vu, ils ont les yeux qui brillent. Et j’ai d’autant plus hâte. Avec un peu de chance je serai assez calé pour la sortie du jeu All Star Battle à l’automne, en vrai fan de Jojo. Enfin, plus ou moins, vu la longueur de la page wikipédia et l’influence que semble avoir eu la série depuis 25 ans sur le reste de la culture japonaise.

Je suis toujours un peu angoissé lorsque je me décide enfin à approcher une œuvre que je sais « culte ». J’ai toujours peu d’être le type qui ne va pas comprendre, qui va passer à côté. Mais là non, je suis dedans, à pieds joints, à hurler face à mon écran d’ordi devant les épisodes de l’anime.

Bonheur.

3 réflexions au sujet de « Jojo No Kimyô Na Bôken »

  1. Euh si, ça a été traduit convenablement et dans l’ordre par J’ai Lu,jusqu’à qu’ils arrêtent de publier des mangas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s