One down, five to go

Vendredi, une des six bouteilles de Coca Blak que je conservais précieusement depuis quatre ans a explosé dans mon frigo. Plus ou moins.
Placée trop près du bac à glace, fraîchement dégivré, elle s’est congelée. Le glaçon à l’intérieur a eu une mauvaise réaction avec le gaz carbonique, et les bouteilles de Blak étant fermées par une simple languette de plastique fin, le tout à finit par sauter. D’où un petit moment la tête dans le frigo, à nettoyer le bordel.

Alerte bukkake de coca. :/

Alerte bukkake de coca. :/

Si je vous parle de ça, c’est parce qu’à l’origine, j’avais prévu d’ouvrir et boire une bouteille de ces Cocas à chaque événement de fou de ma vie. FLASHBACK. Je me voyais trinquer à mon premier CDI, à mon premier bouquin, à mon premier môme, à ma retraite. Ces trucs. Bien sûr, comme à mon habitude, je n’en avais bu aucune. Je ne considérais par exemple pas la fin de mes études, mon diplôme de Master II comme une raison suffisante d’aller entamer ma réserve. Rien n’est assez bien, assez satisfaisant. Tout pour conserver mon pack de six au frais.

Puis, paf, pastèque.

Et je me demande si ce n’est pas l’univers qui me fait un signe. Je me demande si ces bouteilles de Coca ne sont pas devenues, par force de volonté magique, une barre de ma vie. Comme là je me rapproche (peut-être) d’un éditeur et/ou d’un boulot, une bouteille s’est sacrifiée d’elle-même, telle un prophète. Autant dire que si je décroche l’un ou l’autre je vais commencer à paniquer sévère. Surtout si dans quelques temps, à la faveur d’une autre pierre blanche de ma vie, une seconde bouteille vient à disparaître  par exemple emportée par un aigle noir surgissant par ma fenêtre, ou volée par un collectionneur transdimentionnel. Je serais condamné à voir compte à rebourrer ce qui me reste de vie à coup de bouteilles de Coca Blak. L’angoisse monte comme une poussée de gaz carbonique.

Si j’étais un mec cool comme Corte Maltesse, qui s’est rallongée sa ligne de vie en s’entaillant volontairement la main, j’ouvrirais et engloutirais les cinq bouteilles qu’il me reste. Ça ferait bien la nique au destin. Mais je suis trop curieux, et un peu lâche.

Alors à défaut j’ai attendu que le glaçon fonde et j’ai bu quelques gorgées du breuvage périmé depuis juin 2009. Je n’en suis pas mort.
Après tout, il me reste encore cinq bouteilles de vie.

7 réflexions au sujet de « One down, five to go »

  1. J’ai écrit une histoire dans laquelle une Parque vient voir un homme et lui prédit que le jour où il fumera la derniere cigarette de son paquet sera son dernier.

    Du coup le mec devient hyper parano et a toujours le paquet sur lui (et sa vie s’allonge). Des fois il vit des situations de stress intense, et, ancien fumeur accro, machinalement prend une cigarette, ce qui le rapproche de la mort.

    Et un jour qu’il cède et qu’il en prend une, une nana se ramène et lui demande s’il a pas une cigarette. Machinalement, réflexe d’ancien fumeur, il lui en donne une. C’était la dernière.

    • @FibreTigre : non mais quel teasing, quel suspense ! Sachant que l’homme n’a pas fumé la dernière cigarette de son paquet mais l’a donnée, que se passe-t-il ? Il meurt ? La fille meurt ? Il devient immortel ?
      Je ne vais plus en dormir, moi… 😉

  2. Peut-être ne sont-elles pas faites pour être bues ( outre le point de vue médical ). Mais comme tu le dis, symboles. Accepter de laisser tes rêves prendre une nouvelle forme ( un canette disparaît à chaque pierre blanche au lieu que tu la boives ), et qu’elles mesurent ton avancée dans la vie.

  3. Eh mais t’as évoqué un possible boulot ou éditeur qui se rapprocherait… pourquoi pas le môme ? Ne pourrait-on pas imaginer une ancienne fréquentation resurgir, enceinte jusqu’au cou ? Sans vouloir te stresser … 🙂

  4. J’ai changé de bureau il y a quelques mois. En m’installant, j’ai découvert une énorme bouteille promotionnelle de Heineken (3L), là, oubliée dans un placard. Périmée depuis avril 2002. Ca se tente ou pas ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s