Jenga

Jenga3

Plus qu’une semaine avant le rendu du super concours de manuscrit de la mort. Et alors qu’il y a deux mois, après ma réunion interfinalistes, je faisais bien le malin, maintenant je rigole un peu moins.

A l’époque on m’avait demandé si j’étais sérieux, à dire du bien des autres candidats, à avoir envie de lire leur texte quand bien même le mien serait recalé et tout. Oui, j’étais sérieux, car bouillonnant de joie et de tendresse. Mais c’était il y a deux mois et à présent je préfèrerais leur arracher la carotide avec les dents. Dans le respect du sport et la courtoisie, bien entendu. La différence entre mon état d’esprit amical d’avant et maintenant, un paquet d’heures de boulot.

C’est le problème de s’investir en temps et énergie, ça augmente d’autant ton espoir de gagner. Parce que tu ne peux pas avoir fait tout ça pour rien. Chaque fois que je regratte la même page, que je dérange un ami pour des corrections, ça vient se cumuler quelque part. Et je ne peux pas faire tout ça pour rien. Je bosse plus pour augmenter mes chances, mais c’est rajouter une étage de plus de hauteur d’où je me vautrerais si cela ne passe pas. Je boursicote avec ma santé mentale.
Alors je me rassure comme je peux. Par exemple je me dis qu’il est certain que les autres candidats ne dépensent pas autant d’énergie, qu’ils n’ont pas mis d’aussi bons relecteurs sur le coup. Que chaque effort supplémentaire de ma part ne fait que creuser l’écart avec le leur. Ce au mépris total du réel. Si ça se trouve ils se défoncent deux fois plus que moi. Si ça se trouve ils ont besoin de taffer deux fois moins pour arriver au même niveau.
Si ça se trouve.

Mes potes me disent que, quoi qu’il arrive, cela n’aura pas été vain. Entre l’expérience acquise et les bases solides pour mener à bien le texte seul, c’est déjà pas mal. Au lieu de leur éclater la tête avec un parpaing (mauvais réflexe , je leur souris, parce qu’ils ont (un peu) raison. Mais ça ne suffira pas à me remettre de la gifle de l’échec, le moment venu.

Alors je vais mettre les paragraphes ci-dessus en ligne et rebasculer Word sur le concours. Parce que si je ne peux pas forcément creuser l’écart avec mes concurrents, je peux au moins faire le maximum pour le créer.

Rendu dans une semaine.

4 réflexions au sujet de « Jenga »

  1. Moi qui attends aujourd’hui les résultats d’un concours (pour le boulot, pas d’écriture, hein) que j’ai préparé plus d’un an, je comprends exactement ce que tu veux dire !

    Bonne chance !

  2. Bah c’est sîr qu’on peut pas te dire « bien fait poura ta gueule! » si jamais tu venais à échouer si près du but. Ensuite je comprends parfaitement ce qui se passe dans ta caboche. En bref: MERDE!!

  3. Bravo ! « Fais toujours de ton mieux » est l’un des 4 accords de la philosophie Toltèque. Le premier étant « Que tes mots soient impeccables »… 😉

  4. Tu as ouvert une parenthèse sans la fermer par la suite !

    « (mauvais réflexe , je leur souris, parce qu’ils ont (un peu) raison. Mais ça ne suffira pas à me remettre de la gifle de l’échec, le moment venu. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s