Persona 4 : The Golden

Si la Playstation Vita s’appelait la Playstation Persona4 et qu’elle coûtait les mêmes 250€ mais ne pouvait faire tourner qu’un seul jeu, Persona 4, acheté à part pour 40€, ce serait quand même une console qui mériterait d’être achetée les yeux fermés. Je ne vois pas quoi dire d’autre, pas comment mieux formuler la puissance cosmique du meilleur jeu.

Mais puisque vous êtes encore là je vais essayer.

persona-4-golden-ps-vita

Sorti à l’origine en 2006 sur la vieillissante Playstation 2, le jeu de rôle japonais Persona 4 a été réédité cette année sur la nouvelle console portable de Sony. L’édition sous-titrée The Golden contient le jeu original, revu et corrigé pour la VITA, ainsi qu’une tonne d’ajout (personnages bonus, donjon supplémentaire, cinématiques en rab’…). Avec un score metacritic de 94/100, ce remake aura obtenu la seconde meilleure moyenne pour un jeu vidéo de l’année 2012 (derrière The Walking Dead). Pas mal pour un reliquat de la génération précédente.

Vous êtes [Main Character], un jeune étudiant venu de la ville pour passer une année dans la petite ville d’Inada, chez son oncle détective et sa nièce. Vous voilà à peine arrivé dans la bourgade que des meurtres défrayent la chronique. Seulement ce que seul vous et vos nouveaux amis savez, c’est que chaque victime est apparue à la télévision, à minuit les soirs de pluie, juste avant leur décès. Très vite vous découvrez que vous pouvez traverser l’écran, aller de l’autre côté, là où vivent les monstres appelés Shadows et où la force intérieur de chacun se manifeste sous la forme de puissantes invocations, les Personas. Dès lors que vous comprenez que la prochaine victime est quelque part dans ce monde, c’est à vous et votre fine équipe de la sauver, avant qu’il ne soit trop tard et, si possible, trouver qui est à l’origine de cette sinistre affaire.

Et c’est parti pour soixante-dix heures de jeu (!). Joie et félicité.

2013-02-21-191109

A l’instar de Persona 3 (mais pas des deux précédents opus), Persona 4 est un jeu se déroulant en deux temps. Le personnage principal ira à l’école chaque jour, renforcera ses amitiés, travaillera pour faire de l’argent de poche. Mais, lorsqu’il le souhaite, il pourra explorer un monde parallèle constitué de longs donjons peuplés de monstres à combattre en tour par tour à l’aide d’invocations, les fameuses Persona, possédant chacune des pouvoirs distincts. C’est ce mélange de vie lycéenne, de quotidien sur plusieurs mois, et de batailles effrénées, de collectionnite de persona, qui donne à la série un charme unique. Si les systèmes de jeu ont été assouplis, ce n’est que pour moins frustrer le joueur, sans influer sur la difficulté, parfois retorse, des affrontements.

2013-02-28-204009

Stylistiquement, le jeu est incroyable, entre les dessins sublimes animant chaque personnage secondaire, l’imagination dans les costumes, la bande original tantôt jazzy tantôt plus rock. Le tout étant doublé avec talent en langue anglaise. C’est cet emballage ultra soigné, combiné à une véritable qualité d’écriture de traduction qui rend l’univers Inaba attachant. Impossible de ne pas rire aux pitreries de nos amis, de ne pas s’émouvoir de leurs tracas. Très vite on essaie de passer plus de temps avec eux pour suivre leur histoire individuelle plus que pour faire progresser leur Persona. Et quand vient le moment de sauvegarder la fin du jeu, c’est trop tard, ils ont tous pris vie quelque part dans notre petit cœur. Le déchirement est total. Un drame personnel que je comble depuis en achetant figurines et autres art books.

2013-03-04-200705

Aucune autre série n’aura réussi à me faire ressentir autant de choses, à me donner autant envie de rester encore dans son univers. Et si je préfère les thématiques abordées dans Persona 3 (l’acceptation de la mort, l’univers plus d4rk et le fait de SAUVER LE MONDE) par rapport au 4ème opus (la quête de la vérité de soi, accepter de ne pas se voiler la face, poursuivre la vérité), le monde d’Inaba est bien plus doux, mieux construit, plus attachant.

J’ai voulu une Playstation VITA depuis l’annonce de The Golden, et j’en aurais fait l’acquisition rien que pour jouer à ce jeu (sinon je vous prends sur Soul Sacrifice à partir de mercredi prochain, bande de canailles). La série des Personas n’est pas forcément pour tout le monde, il faut avoir le temps, aimer les JRPG, ses mécaniques. Aussi si vous pouvez vous y frotter, que ce soit sur VITA, sur Playstation 2 ou sur émulateur (pas bien !), j’espère que vous essaierez.

2013-02-25-011124

Sinon, je vous conseille très fort le dessin animé en une saison, dans le même style que les cinématiques du jeu, avec les mêmes doubleurs, le même script, la même BO.

Fuck, même l’adaptation TV est incroyable.

Le meilleur jeu.

TRAILER STAGE !!!

4 réflexions au sujet de « Persona 4 : The Golden »

  1. J’ai tellement d’amour pour cette série, ça fait super plaisir de lire ton article. Comme toi j’ai préféré les thématiques du 3, mais le 4 a quelque chose de particulier avec son casting si attachant, pas parfait mais qui semble de ce fait très réaliste. J’ai bouclé P4G avec la nouvelle bad end et maintenant j’ai déjà envie de le recommencer pour maxxer tous les s.links et faire le donjon bonus. Je crois que j’ai vendu mon âme à Atlus.

  2. Oui mais Chie quoi! Quelle cruche insupportable celle-là!
    Je trouvais les personnages principaux plus attachant dans P3P mais les personnages secondaires sont bien plus développés dans P4G. Et effectivement les thématiques et les enjeux du 3 me parlaient plus.
    J’en suis qu’au petit quart du jeu et je ne me demande pas si je vais aller jusqu’à la fin, je suis certain de le faire même si ça me demande 80h de jeu! Quel pied cette série! Et quel vide une fois un épisode terminé…

    P.S.: tu vois que ça ne valait pas le coup que je te tease sur Twitter quand j’ai reçu mon exemplaire US, tu l’as fini avant moi 😉

  3. Bon voilà j’ai attendu de l’avoir fini (et pleuré ma maman parce que je voulais pas que ce soit la fin, puis recommencé en NG+ parce que JE REFUSE) pour lire ton article, et voilà. Je ressens pareil. Et je suis toute joie qu’enfin le monde voit ce jeu (et cette série) qui m’avait fait perdre ma vie sur PS2 avec P3 (pas fini) et P4 (non plus), et redonné un sens à ma PSP (Persona 3 Portable, pure tuerie avec la touche féminine en plus qui va bien), et donné une raison valable d’acheter une PS Vita.
    Bref. Depuis, je ne vis que Persona. Au moins, je me sens moins seule.
    (Bien tenté FF9 pour oublier, d’ailleurs. Ca pourrait marcher. Parce que Bibi.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s