This Is 50

Cinquante cours de boxe anglaise depuis octobre, soit soixante-quinze heures de pratique, deux nez d’adversaires saignés et ma lèvre inférieure une fois ouverte. J’ai fêté cette demi-centaine en silence le long d’une interminable leçon sur le jeu de jambe, où on me répétait encore et toujours de danser, alors que je suis un pantin de bois. Comme on ne se  prenait pas de mandales dans la tête, j’ai pu repenser un peu au chemin parcouru jusque-là. C’est des petits détails comme ma posture, la rapidité de mes directs, le fait que je cesse de trop me reposer sur mon bras droit. C’est aussi les petites déchirures sur mon casque, le fil de mon gant qui se débine, le coton de mes bandes trop étiré ou la paire de Reebok rognée jusqu’à la chaussette par excès de frottement.

SONY DSC

Il y a aussi ce fichier Word sur mon bureau, « shit my coach says », où je note toutes les vannes du prof à mon retour chez moi.
Ma préférée ?

« Arrête de te recoiffer Matthias, t’es pas Gatsby le magnifique ! »

Par-fait.

Ce que je retiens aussi, c’est les autres gens. Vu que chaque cours implique de faire équipe avec un autre, j’ai pu joyeusement échanger des coups avec une vingtaine de mecs (et quatre filles). Alors qu’à la piscine j’étais habitué à me bouger seul, à devoir ramener des ami(e)s dès que je voulais un peu de compagnie, la boxe me force à rencontrer d’autres personnes. Surtout, l’horaire auquel je m’entraine, à treize heures, est propice à la présence de gens étranges. Comme la plupart des salariés ne peuvent pas se libérer deux heures le midi, je boxe avec un professeur, plusieurs étudiants, des photographes, des garçons de café, une actrice de théâtre, un producteur de cinéma, une psychiatre, un retraité. C’est un peu le joyeux bordel ascendant bobo. Et un petit bonheur de conversation entre deux pains dans la tronche. Oh, tu fais quoi dans la vie ? Ah, peintre sur vitraux, c’est PAS BANAL.

Surtout, à force de venir assez souvent, de croiser les mêmes têtes, j’ai fini par sympathiser avec plusieurs de mes camarades. Pour un type comme moi qui vit sur l’internet, cet afflux social venu du vrai monde est plus que bienvenu. Je ne vais pas aller faire des soirées avec le type qui me broie les côtes chaque mardi, mais je suis content de le connaitre assez pour qu’on parle de nos familles, de nos histoires de meuf, de (parfois non) boulot, un peu de boxe aussi. De cours en cours j’ai l’impression de faire un peu partie du décor. Quand je croise un autre mec de la salle sur le chemin, on se salue d’un regard. Ce qui est à la fois pas grand-chose et déjà pas mal. Autant que ma capacité à tenir plusieurs reprises sans perdre mon souffle, ces petits détails me font réaliser que ça fait plus de six mois que je viens m’affûter.
Ça et le fait que tout le monde a plusieurs dizaines d’heures de boxe dans les bras et que c’est devenu impossible de se battre contre quelqu’un qui ne soit pas bon. Sourire avec l’hémoglobine.

Si Quand j’aurai un boulot, je devrai changer mes horaires. Je ne pourrai plus venir entre midi et deux et il faudra que je dise adieu à tous mes amis à usages multiples. Si j’ai le courage de continuer à aller boxer, ce sera sûrement contre des cols blancs, des mecs fatigués par leur journée de bureau. Ce sera contre des gens normaux. Et quelque part, ça m’emmerde un peu d’avance.
Parce que je suis un peu fan de notre petite troupe d’illuminés du midi. A band of misfits. Solidarité.

Demain, cours cinquante et un. Bisou.

4 réflexions au sujet de « This Is 50 »

  1. Suivant ce blog depuis le début c’est mon premier commentaire, car ça parle de boxe!
    Crois moi que les cols blancs comme tu dis certains t’etonneraient, la car il y aura des anciens boxeurs dans le lot et parfois certains cherchent juste a se défouler plus qu’autre chose! Quoi qu’il arrive ne t’arrête pas ça reste un des plus beaux sport!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s