(Re)Work

J’étais occupé à reprendre mon souffle entre deux fois deux minutes de pains dans la gueule, quand j’ai eu l’illumination. Put… Bon sang ! J’aurais dû écrire le début du manuscrit du concours à la seconde personne du singulier. Parce mon narrateur est « je », qu’il n’a pas de nom exprès et que je fais tout pour favoriser l’identification du lecteur. J’aurais dû l’écrire à « tu », ou au moins essayer. D’ailleurs là je vais ragequit mon cours, me changer et aller tout rebosser à la maison de ce pas ! PARCE QUE C’EST SI EVIDENT.
Mais parce que j’ai envoyé ma soumission il y a maintenant un mois tout pile, tout ceci n’a pas vraiment de sens, enfin pas tant que je ne suis pas plus avancé. Surtout, ce n’est qu’une épiphanie de plus le long de cette attente pavée de regrets.

En gros.

JediGhosts-ROTJ

Pendant que je bossais sur le texte, un ami éditeur de BD a eu une excellente remarque. Il m’a dit que, selon lui, je tiendrais le thème du livre lorsque je tiendrais la faute de caractère de mon personnage principal, là où il pêche le plus. De sa faiblesse découlerait tout le reste. Et il avait raison. J’ai d’ailleurs passé le reste du temps avant le rendu à essayer de mettre le doigt là-dessus, sur ce qui est cassé dans mon héros, ce qui le fout en vrac, sans qu’il en soit conscient. J’avais un début d’idée, ou tout du moins ce que j’ai écrit tournais autour, dans la narration, dans les dialogues. C’était effleuré, mais pas plus. J’aurais aimé trouver les mots, pouvoir ainsi brandir le Thème du texte, sa raison d’être raconté. En l’absence de, j’ai paraphrasé du mieux que j’ai pu dans la note d’intention, puis j’ai envoyé.

Deux semaines plus tard, j’ai trouvé.
Fuck.
La faiblesse de caractère de mon héros est qu’il est control freak et refuse de prévoir que le reste du monde ne se plie pas à sa logique qu’il considère imparable. Aussi con que ça. Enfin non, c’est un poil plus subtil dans mon esprit, mais dans l’idée c’est aussi con de que ça. Et depuis que j’ai trouvé, tout le reste coule tout seul. Un tas de blocs narratifs viennent s’assembler, les réactions d’autres personnages se précisent, des dialogues s’écrivent tout seul. C’est comme quand le héros d’un film d’aventure rentre la clef dans la fresque du temple qui vient se mettre en branle et former la carte au trésor. Pareil. J’ai mon Thème, j’ai mon intention, je sais ce que je veux dire et parce que je le sais le reste s’est agencé dans ma tête.

Sauf que c’est trop tard j’ai tout envoyé y’a un mois ptdr !!!

(ce « ptdr » est ironique hein… non mais, on sait jamais)

Je fais une petite Georgeslucassitte, rien de grave. A la différence près que rien n’est imprimé, rien n’est en boutique. Et qu’avec un peu de chance j’aurais l’opportunité de pouvoir poser tout ça, comme je l’ai mûri depuis la dernière fois. A défaut de pouvoir renvoyer une version mise à jour (au fait, j’ai mieux finalement lol désolé), je me console en cajolant cette image idéalisée de la nouvelle version de mon histoire. Tout en gardant quelques doigts libres, pour les croiser jusqu’à ce que crampes s’en suivent.

(et puis, si c’est comme avec Lucas, mes nouvelles idées sont pires que la version de départ, so…)

2 réflexions au sujet de « (Re)Work »

  1. Je suis dans cette période aussi où j’ai plein d’idées pour modifier mon texte pour l’améliorer (enfin j’espère) mais le problème, c’est que je n’ai rien envoyé, donc je peux le modifier puis le laisser reposer et avoir de nouvelles idées et ainsi de suite, ce qui risque de faire que je ne l’enverrai jamais.
    La Georgeslucassitte est un problème chez moi… :/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s