Doomed / Chuck Palahniuk

Chuck Palahniuk nous avais habitué à un nouveau roman par an, chaque mois d’octobre, réglé comme du papier à musique. C’était bonheur. Puis, l’année dernière, une simple réédition de Invisible Monsters, version revue et corrigée avec une vingtaine de pages bonus. C’est bien, mais cela ne compte pas vraiment. Pénurie, obligé d’aller racler les fonds de Playboy à la recherche d’une ou deux nouvelles inédites. Heureusement, l’automne dernier, tonton Chuck était de retour avec Doomed, la suite de sa trilogie infernale amorcée il y a deux ans dans Damned (toujours inédit chez nous).

81hD0ryux4L._SL1500_

Madison Spencer, adolescente en surpoids, fille d’un couple de stars calqué sur Angelina Jolie et Brad Pitt, est morte. Dans Damned elle errait en enfer, combattait Hitler et gagnait sa croûte dans l’au delà comme opératrice télémarketing, à emmerder les vivants pour leur vendre des polices d’assurance. Ceci jusqu’à sa confrontation avec Satan, sale enfoiré venu lui livrer le twist final de son aventure avant un « à suivre » du meilleur effet. Cette fois Madison est de retour sur Terre, profitant du passage ouvert par Halloween pour venir hanter ses parents. Mais on l’empêche de rentrer en enfer avant les douze coups de minuit, et la voilà coincée parmi nous, sous sa forme ectoplasmique, pour un an. Après l’enfer, le purgatoire.

Palahniuk s’offre sa petite trilogie Dantesque. On se doute bien que la troisième partie de l’histoire se déroulera au paradis. Mais d’ici là, on suivra Madison en train d’épier sa famille, se remémorant ce qui l’a poussé à être damnée (révélations !) pour finir par tenter de prévenir une apocalypse. Et parce que c’est un roman de Chuck, à la fin, il y a un twist, un truc que tu vois pas venir mais qui est super logique vis-à-vis du reste. Bon sang, mais c’est bien sûr. L’auteur n’a pas perdu la main, nous laisse dénouer un de ses superbes « toutélié ». Par contre, cela ne finit pas, du tout. La dernière page est un bon gros doigt d’honneur qui te suivra jusqu’en 2015, date de conclusion de la trilogie, dans le meilleur des cas. Doomed a un peu le même problème que Damned, dans la mesure où il ne tient pas debout seul. Impossible de comprendre quoi que ce soit sans bien avoir le tome précédent en tête (merci wiki !), impossible de se figurer la qualité globale du texte sans sa dernière partie.

C’est parfois drôle, souvent très dégueu, à base de fluides corporels et de comparaisons du malaise. La couverture cradingue du livre n’est pas anodine, une giclette de sperme jouant un rôle majeur dans l’intrigue. Niveau texte, on retrouve les motifs chers à l’auteur, ses figures de style, répétitions et néologismes. Certain tics de la « voix » de Madison sont d’ailleurs repris de Damned, renforçant la continuité des deux livres. Comme Chuck est incapable d’écrire un nouveau roman sans procédé de forme, cette fois ce sera l’internet. Chaque chapitre est une note de blog rédigée en temps réel par le personnage de Madison sur son téléphone portable. Admettons. Pour l’instant, cette trilogie se lit sans déplaisir, mais j’attends toujours la grosse claque cérébrale, le moment où tout fera « wow ». Possible qu’il n’arrive jamais, le récit allant parfois trop loin dans l’absurde, dans l’accumulation de concepts impossibles, dans le pipi-caca-prout. La bonne nouvelle au milieu de ce foutoir apocalyptique, c’est que je ne vois pas du tout comment cette aventure peut se conclure.

Encore une fois, impossible de trancher sans la pièce manquante du puzzle. Alors je range Doomed au fin fond de mon Kindle et j’attends.

Une réflexion au sujet de « Doomed / Chuck Palahniuk »

  1. Pas encore lu mais en tant que grand fan de C.Palahniuk, je suis très content que tu parles de ce bouquin dans la meilleure place. Et j’aime bien ce que tu dis. C’est chouette. Youpi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s