The Last Girlfriend on Earth / Simon Rich

Deux choses déjà compliquées, de base, en littérature : faire rire et l’exercice de la nouvelle. The Last Girlfriend on Earth, troisième recueil d’histoires courtes de Simon Rich, se lance dans l’exercice un peu fou consistant à mêler les deux. Non seulement il va falloir être drôle à la seule force des mots et se renouveler une vingtaine de fois en un volume, mais il va également falloir éviter d’écrire autre chose que de longues blagues étirées artificiellement dans le but d’assez éloigner la chute de l’introduction pour passer d’un carambar à la nouvelle.

9780316219396_custom-ca5ef3a4781e5ddc81c3b160ff0877f6c981df93-s6-c30

Simon Rich a de la ressource, ayant bossé pour le Saturday Night Live, Pixar ou encore Judd Apatow (ah d’accord, okay, très bien). Ici il se lance dans une exploration des rapports amoureux, des rancarts foireux, des coups de foudre et des ruptures. Le livre est vaguement organisé en trois parties, « boy meets girl », « boy gets girl » et « boy loses girl ». Autant dire que le point de vue masculin est plutôt privilégié. Heureusement, Rich s’appuie sur les clichés pour, le plus souvent, les détourner, évitant pas mal d’écueils propres à ce type de vannes. Il sera donc bel et bien question de la dernière petite copine au monde, mais aussi de ce qu’il se passe quand on essaie de faire une manif pour choper ou bien encore de quand son ex sort avec Hitler, ou d’aliens essayant de comprendre comment l’humanité faisait pour conclure avant OKCupid.

Capture

Les histoires sont, pour la plupart, courtes. Le livre s’enchaîne assez vite, le temps de quelques voyages en métro. Et, plus important, le job est rempli, on ricane en douce dans sa barbe, faisant fi des autres passagers de la rame qui tirent à la tronche, trop occupés à perdre à 2048 pour sourire. Yay !

Bien sûr, The Last Girlfriend on Earth ne va pas changer notre vie, ne va pas changer la vie de son auteur. Mais c’était un bon moment, un petit plaisir au milieu de la grisaille et des romans à faire froncer les sourcils. Petit livre à la couverture un peu laide, c’est avant tout le genre de bouquin que l’on recommande, que l’on offre après l’avoir lu.

La prochaine fois que l’on se croise.