Pom Pom Boi

– Je vais faire une émission littéraire sur Youtube !

Je plisse les yeux. C’est-à-dire. Genre une chaîne de booktuber ? Ces gens passionnés qui parlent de livres face caméra ? Non non, elle me dit, une vraie émission littéraire, avec des canapés et un invité et on parle pendant une bonne demi-heure. Je plisse des yeux à nouveau.

Moi j’aime bien les livres et les gens qui parlent de livres. Je trouve qu’on parle assez mal de livres en France. D’un côté il y a les émissions et chroniques TV/Radio nocturnes où il est plus important d’avoir un débat intellectualisant pour se kiffer en replay plutôt que d’être accessible et de susciter le désir de lecture. De l’autre il y a la pléthore de contenus internet autour de la littérature jeunesse ou de genre, ce pour un tas de raison, mais laissant bien souvent de côté la littérature dite générale. Ce que j’aimerais voir, c’est des gens qui parlent avec légèreté de livres sérieux et avec sérieux de livres léger, qu’on puisse avoir un joli petit pont de singes entre les deux où on pourrait venir d’un côté et de l’autre se serrer la pince au milieu et se dire qu’on n’a pas le même maillot mais on a tous la même passion. En gros.

Tout ça pour expliquer que, yeux plissés par l’incrédulité ou non, quand quelqu’un m’informe de son projet de créer un nouveau média littéraire, moi, sur le principe et sans réserve : ça m’intéresse.

Alors je dis que c’est super, même quand je doute. Je dis que je viens aux réunions, même quand je ne sais pas trop pourquoi. Et quand on me demande mon avis, je le donne. Soutenir, c’est une forme de contribution en soi. Quand bien même le projet change de forme à chaque nouvelle réunion, peu importe le nombre de greffons qui prennent ou de personnes qui quittent le navire en marche. Je reste dans un coin de la pièce, le nez rivé sur mon fil d’actualité Twitter mais les oreilles grandes ouvertes. Parfois, et à mon sens, au milieu d’un grand œuvre, la façon la plus productive d’aider est de ne pas participer, de ne pas rajouter aux débats. Dites-moi quoi faire, et je le ferai. Parce qu’au fond, plus que de savoir quelle est l’ambition finale du projet, quelle sera sa ligne éditoriale, sa forme, sa diffusion, ce que je veux c’est qu’il existe.

De la première évocation du projet il y a un an jusqu’aux réunions plus que mensuelles d’aujourd’hui, tout a changé mille fois de configuration. Je ne suis même plus certain qu’il y ait des canapés et un invité et qu’on parle pendant une bonne demi-heure (il me semble même que non). Mais petit à petit, des éléments se mettent en place, des personnes s’enthousiasment, des figures du petit milieu littéraire nous surveillent ou nous rejoignent. Je signe les papiers associatifs tout ce qu’il y a de plus officiels, je promets de documenter ce qui nous arrive, de faire des blagues sur internet pour faire vivre le projet une fois lancé. Les choses semblent se passer.

Surtout, une fois rentré, et entre deux étapes, je suis là pour répéter à qui a besoin de l’entendre pour tenir bon que oui, c’est une super, oui, il faut le faire, oui, ça vaut le coup.

Ça vaut forcément le coup.