Une vie sans fin – Frédéric Beigbeder

Beigbeder ses profs à l’école ils devaient écrire dans son carnet qu’il se repose sur ses lauriers et que si seulement il se donnait la peine il atteindrait les sommets. C’est en tout cas la thèse à laquelle j’adhère depuis des années. La paresse et le manque de finitions sont les constantes de tout ce que j’ai pu lire de Frédéric Beigbeder. Cela se traduit par des romans aux fins générées aléatoirement, par la sortie de vieille compiles de chroniques et, aujourd’hui par la publication de Une vie sans fin, dernier « roman » de l’auteur.

J’étais personnellement enthousiaste à la lecture de la note d’intention : à présent quinqua et papa, Frédo ne veut plus mourir, aussi part-il faire du porte à porte chez tous les transhumanistes actuels à la recherche d’une solution. La mort, surtout sa propre mort, est un excellent sujet. On pourrait parler des angoisses, des interrogations, de l’omniprésence et ses effets sur la vie qu’il convient malgré tout de continuer à vivre. On peut questionner le rapport de la société à la mort (la mise à l’écart, la distraction), le rapport de la fiction à l’immortalité (toujours la présenter comme un fardeau, moraliste, comme une pilule de plus afin d’accepter l’inacceptable). Tout comme on peut aussi dresser un portrait de ces savants (fous ?) qui luttent, cherchent une solution pour échapper ad vitam au trépas. Le terreau est riche.

A la place Frédéric fait le tour du monde et propose des interviews aussi didactiques que rébarbatives de gens qui existent déjà qui font un état des lieux de ce qui existe déjà, le tout entrecoupé de réflexions maladroites et autres punchlines pour justifier d’avoir écrit « roman » sur la jaquette tout ça pour éviter d’être rangé sur la mauvaise pile dans les rayons de la FNAC du coin. C’est aussi longuet qu’indigent, une suite de notes préparatoires sans jamais leur donner corps, rien que le lecteur n’aurait pas pu rassembler en quelques clics sur Wikipedia. Le livre n’a aucun point de vue, ne tranche rien, et se termine (comme d’habitude) sur une double pirouette qui désamorce toute tentative d’introspection. Le seul personnage du livre, Frédéric, n’a pas d’arc narratif, ne progresse pas, n’apprend rien et donc ne nous dit rien. C’est vain. Et pourtant je suis allé au bout.

J’ai lu l’intégralité de Une vie sans fin non pas pour le contenu du livre en lui-même, mais en ce sens qu’il constitue un chapitre supplémentaire dans le grand récit qu’est Frédéric Beigbeder. Médiatique et relativement productif, l’auteur nous offre depuis vingt ans une fenêtre sur son monde, des analyses régulières de sa psyché. Et dans Une vie sans fin, on apprend que Frédo est un papa ravi, un amoureux transi, et aussi un vieux con, quand il parle des selfies, d’internet, parfois une incarnation de Steve Buscemi et son culte « how do you do fellow kids » quand il namedrope des pratiques ou artefacts culturels qui lui sont étrangers. Beigbeder avance et vieillit, tout comme j’avance et je vieillis de mon côté. Et tel un personnage de soap opéra télévisé dans lequel je suis un peu trop investi, j’ai envie de savoir comment tout ceci se terminera.

Une vie sans fin est un livre pauvre, qui passe à côté de son sujet, produit d’un auteur trop je ne sais quoi pour avoir un vrai propos et d’une équipe éditoriale trop impuissante à imposer un retravail. C’est un immense gâchis de temps et d’énergie à la fois pour l’auteur, ses interlocuteurs et ses lecteurs. Le livre existe, et je ne le conseille à personne, si ce n’est aux quelques spectateurs qui, comme moi, ont un intérêt pour le personnage, un reste de tendresse étrange pour cet écrivain qui se radicalise dans sa vieillesse, et dont on espère toujours au fond qu’il sera heureux. Et, au travers du bourbiers d’interviews lénifiantes et autres tentatives de paraitre cool, ce qu’on voit de l’homme au travers du texte me laisse à penser qu’il va bien.

Je suis content pour lui, tout comme je serai content de reprendre des nouvelles dans un prochain livre.